Deux anciens de l’EMT au défi CISCO !

12 avril 2014

handisco

Actuellement en stage de 5ème année, Florian et Mathieu sont deux anciens de l’EMT ayant fait partie des équipes 2011-2012 et 2012-2013 dans des projets électroniques. Au début de l’année scolaire, 3 étudiants de 3ème année : Lucie, Jonathan et Nicolas leur ont proposé de participer avec eux à un projet : Handisco. C’est le nom qu’il ont choisi pour leur idée : celle de mettre au point une canne pour malvoyants avec détecteur d’obstacle et GPS intégré. Ainsi la personne sera en mesure de se déplacer seule et sans aide d’un point à un autre d’une ville.

Ce projet de type entrepreneuriat a été totalement imaginé par ces étudiants Esstiniens et il y a quelques mois un professeur de l’ESSTIN leur a présenté le défi CISCO. Ce concours d’innovation se déroulant au niveau national proposait 2 thèmes : l’environnement et la société. A la clé : 40 000€ de matériel « CISCO », 30 000€ de dotation financière et la contribution de 2 ingénieurs CISCO. Ce concours étant un excellent tremplin pour leur projet, ils se sont inscrits et ont déposé leur dossier.
Et ils ont bien fait puisque parmi les 27 dossiers déposés ils ont fait partie des 6 retenus et ont remporté la 1ère place à la finale qui a eu lieu il y a quelques semaines.

Sans  1

A ce jour ils ont déjà établi un prototype de leur canne capable pour l’instant de produire un « bip » sonore lorsqu’un obstacle est détecté. La prochaine étape sera de remplacer ce « bip » par une vibration dans le manche de la canne puis d’y intégré un GPS. Le prototype fini devrait sortir d’ici la fin de l’année.

Florian et Mathieu ont été d’une grande aide car ce sont eux qui ont mis au point ce prototype. Il avaient déjà une expérience pour ce travail car en 2011-2012 ils ont effectué un projet au sein de l’Eco Motion Team orienté sur l’électronique embarquée.
L’EMT leur a également appris la gestion d’un travail en équipe qui était essentielle pour ce projet ainsi que la gestion d’un budget, d’un planning et la recherche de partenaires qui sont forcément à la clé lorsque l’on décide de créer son entreprise.


Dorian Boisdron nous raconte son histoire au sein de l’EMT

27 mars 2014

Equipe com’ : Bonjour Dorian, peux-tu te présenter ?

Dorian : Bonjour à vous, je suis Dorian Boisdron, ingénieur ESSTIN issu de la promotion 2010 et je suis aujourd’hui ingénieur en compétition automobile depuis 4 ans. Je suis impliqué dans des courses d’endurance dans les catégories prototype type Le Mans et GT3, en rallye et je travaille également pour une entreprise exploitant un simulateur de pilotage. C’est un métier passionnant et très prenant!

Equipe com’ : Quand as-tu fait partie de l’Eco Motion Team et sur quel(s) véhicule(s) as-tu travaillé ?

Dorian : Je suis rentré à l’EMT en 2008 en tant que responsable de la communication. Je suis un des pionniers de la communication de l’équipe telle que nous la connaissons aujourd’hui. Il y avait tout à faire à l’époque et le défi était relevé. Mais promouvoir Hydrog´ESSTIN V4 a été très enrichissant.
En 2009, j’ai travaillé sur le seul Urban Concept qui ai vu le jour à l’EMT : EcoSwing, un objet roulant non identifié à la cinématique et au design disons… Atypique ! J’étais en charge de la conception et de la réalisation de la coque extérieure ainsi que de la supervision globale du projet en tant que Team leader.

1

Equipe com’ : Parle nous un peu de ton expérience au Shell Eco-marathon.

Dorian : Lors de ma première année j’étais en charge de la communication et je ne travaillais donc pas directement sur la voiture. Nous avons donné un nom à l’équipe, des couleurs, un blog, des plaquettes de présentation en 6 langues, une newsletter, des reportages vidéo bref nous avons appris à créer et utiliser les moyens de communication modernes permettant de faire connaitre l’équipe à sa juste valeur.

Lors de ma seconde année, mon projet était purement technique. Nous sommes partis en septembre d’une feuille blanche et d’une vague idée d’Urban Concept  qui se balance autour d’un axe central et d’une direction à mono pivot sur l’essieu avant. Nous avons conçu la voiture en 6 mois et construite en 3 mois avant d’aller remporter deux prix (éco-conception et un prix récompensant le meilleur projet Urban Concept) au challenge Edu’Eco version nationale du Shell Eco-marathon.

Equipe com’ : En quoi ta participation à cette compétition et à l’EMT en général est aujourd’hui bénéfique quand ton métier ?

Dorian : Lors de ma dernière année de formation, j’ai tout fait pour intégrer une équipe de compétition professionnelle pour mon stage de fin d’étude. Lors de mon entretien, je n’ai eu qu’à présenter le projet Eco’Swing pour être immédiatement retenu. Le professionnel que j’ai rencontré s’est tout de suite rendu compte que mener un tel projet requiert toutes les qualités nécessaires à un bon ingénieur : compétences techniques, travail d’équipe, gestion de projet global et surtout la faculté de travailler 15h par jour avec le sourire. Je retrouve toutes ces valeurs dans mon activité actuelle. Même si mon domaine d’activité n’a pas une étiquette très écolo, les préoccupations énergétiques touchent clairement le sport automobile.
C’est pourquoi aujourd’hui une partie de mon travail en endurance consiste à optimiser la chaine énergétique des véhicules permettant d’associer performance pure et économie d’énergie. Comme il y a 5 ans lorsque j’étais à l’EMT je me bats toujours contre le temps… et la consommation d’énergie!


Les anciens membres de l’EMT – Episode 1

31 mars 2008

[lang_fr]

EMT : Bonjour. Pouvez-vous vous présenter ?

 

Je suis Mélanie Despeisse, actuellement en 5e année au sein du département GEMMES option Industrie et Environnement, promotion 2008. J’ai effectué mes 3 premières années à l’ESSTIN et après avoir effectué un échange ERASMUS en 4e année, je continue actuellement ma formation à l’université de Chalmers (Göteborg – Suède) en Master ‘Industrial Ecology – for a sustainable society’ .

EMT : En quelle année avez-vous participé à la compétition? Quel était votre rôle dans l’équipe?

MD : J’ai eu la chance de pouvoir participer à l’aventure Shell Eco-Marathon dès ma première année à l’ESSTIN. D’abord en tant que pilote suppléante en 1A et 2A, puis en tant que pilote principale 3A (l’année même où j’ai enfin pris part la conception du prototype). Avec Maryam Rabla, nous étions en charge des commandes de direction, freins, visibilité, sécurité…, c’est à dire l’environnement du pilote, et également de la communication avec Shell.

[/lang_fr] Lire la suite »